MANDAT CONTRE L’OPPRESSION



La déclaration suivante, qui se positionne contre l’oppression, décrit les valeurs antiracistes et inclusives du festival.



Art Matters reconnaît et cherche à défier les forces omniprésentes de l'oppression institutionnalisée en créant des espaces artistiques sûrs pour les artistes et les membres de la communauté. Nous nous engageons à utiliser notre privilège en tant qu'organisation pour lutter contre l'oppression systémique et les pratiques coloniales.

Nous nous efforçons de promouvoir des valeurs d'inclusion, en respectant les différences d'ethnicité, d'identité de genre, d'orientation sexuelle, de capacité mentale ou physique, d'âge, de religion, de statut économique ou social, d'idéologie politique et d'identité. Depuis 2018, nous travaillons pour être plus intentionnel.les dans l'application de cadres qui s’opposent à l’oppression dans notre programmation.

Nous reconnaissons qu'il s'agit d'un effort continu et nous nous engageons à apprendre de nos allié.es, reconnaissant que chacun.e est capable de (re)produire une violence systémique pour s’élever dans les structures hiérarchiques et hégémoniques mises en place.

QUESTIONS ET RÉPONSES RÉFLEXIVES

Le questionnaire suivant vise à favoriser la réflexivité au sein et au-delà de la communauté de Art Matters en donnant des exemples des multiples façons dont l'oppression peut se manifester dans les pratiques artistiques individuelles et collectives.

1. Êtes-vous capables de percevoir la différence entre l’intention et l’impact?

On l’espère

2. Êtes-vous disposé.es et capables d’octroyer la priorité aux voix de celles et de ceux qui subissent et vivent l’expérience de l’impact de votre travail?

Bien évidemment

3. DVotre travail fait-il allusion à des formes de violence qui sont systématiquement perpétrées contre certaines personnes?

Si oui, il s’inscrit dans la violence systémique

4. Si oui, contribue-t-il à la reproduction de ces formes de violence ? Est-ce que les rencontres avec votre travail évoquent ou provoquent des traumatismes pour les personnes que vous cherchez à représenter?

Si oui, cela rend votre travail et votre espace d’exposition inaccessibles

5. Votre travail sensationnalise-t-il des événements traumatisants dans le but de préserver la valeur de leur effet «choc» ?

Si oui, vous prenez avantage des expériences des personnes marginalisées tout en les banalisant

6. Pensez-vous que vous bénéficiez régulièrement de privilèges systémiques?

Surprise! La réponse est toujours oui. Question complémentaire: lesquels?

7. Est-ce que vous vous réappropriez l’histoire passée, présente ou future de quelqu’un.e d’autre alors que vos propres expériences et vos références culturelles diffèrent de celles de cette personne? Cet acte contribue-t-il à la marchandisation, à la marginalisation et à la fétichisation d’une culture donnée, de ses symboles, de son esthétique, etc.?

Si oui, il s’agit d’appropriation

8. Transposez-vous des narratifs et récits racisés dans des corps blancs, ou transposez-vous des récits blancs dans des corps racisés?

Si oui, il s’agit de blanchiment

9. Votre travail comprend-il un visuel stéréotypé qui ne critique pas ses origines de création?

Si oui, voir la question 3

10. Utilisez-vous des mots comme « intersectionnel » et/ou « anti-oppressif » pour justifier des thèmes problématiques dans votre travail?

Si oui, c’est de la déviation

L’ENGAGEMENT DE ART MATTERS



* Nous élevons la voix des artistes sous-représenté.es ou invisibilisé.es afin que tou.tes les étudiant.es se voient réflété.es dans la programmation de notre festival;

* Nous identifions et remettons en question les obstacles et barrières à nos programmes et services;

* Nous encourageons des conversations réfléchies, respectueuses et inclusives sur l’anti-oppression et la décolonisation avec nos membres;

* Nous construisons et renforçons notre capacité et la capacité de notre réseau à contester la répartition inégale du pouvoir et les préjugés qui mènent à l’oppression;

* Nous soutenons les artistes et les éducateur.ices qui s’engagent, de manière réfléchie et consciencieuse, avec les connaissances traditionnelles et les récits en contexte;

* Nous ne fournissons pas de services aux artistes qui pratiquent l’appropriation culturelle;

* Nous n’encourageons ni ne promouvons les œuvres qui sont culturellement nuisibles et qui perpétuent les systèmes d’oppression;

* Nous offrons au personnel, au conseil d’administration et aux bénévoles, une formation anti-oppression adaptée à leur rôle;

* Nous nous assurons que le personnel, l’exécutif, les membres du conseil d’administration et les bénévoles peuvent contester les pratiques oppressives et coloniales sans harcèlement ni discrimination;

* Nous développons et améliorons des politiques pour servir notre engagement contre l’oppression.